dimanche 16 novembre

Feuille de Chou n°3 et n°4

Voici la Feuille de Chou n°3. Pour lire ce numéro, cliquez sur l'image. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira et affichera l'image en taille réélle.

FDC_n_3

Voici la Feuille de Chou n°4 (semaine du 6 au 14 novembre 2008). Pour lire ce numéro, cliquez sur l'image. Une nouvelle fenêtre s'ouvrira et affichera l'image en taille réélle.

fdc_n_4

Voici, en complément, la version originale non modifiée de l'article "Le Guide du Parfait Demi-Pensionnaire", tel qu'il a été envoyé à la rédaction par Loren Costet (TL).

"Si vous déjeunez régulièrement au self, vous avez de fortes chances d'être ce qu'on appelle un demi-pensionnaire, ces élèves masochistes familiers des carottes et des steaks trop cuits. Les récents changements ont peut-être chamboulé vos petites habitudes, c'est pourquoi, fraîchement débarquée à la rédaction, je vous livre les trucs et astuces afin de passer un repas un tant soit peu agréable.

Imaginez une sortie de cours, tout ce qu'il y a de plus banale. Nous sommes en janvier, il gèle ; pire encore, il pleut et vous vous dirigez vers le self. Une file d'attente - ou plutôt une masse informe de collégiens irrespectueux, si vous me permettez ce pléonasme - vous fait face. Et oui, le collège passe avant vous et il vous faudra encore attendre une trentaine de minutes. Soit. Ce n'est pas bien grave, ça permet d'organiser les passages. Allons donc au foyer. Cet endroit est désormais toujours fermé sauf le midi, Dieu seul sait pourquoi mais ça tombe bien ! Ah tiens, non. Aujourd'hui il est fermé aussi, il y a une soi-disante réunion qui n'a justement pas su se réunir autre part ; il faut attendre dehors. Après tout rien d'important, nous sommes habitués aux fermetures intempestives pour toutes sortes de raisons ; attendons donc. Trente minutes passent, la file s'amenuise, sous présentation de votre carte le surveillant vous laisse passer. C'est ici que les choses sérieuses commencent.

Avec un peu de chance, vous passerez avec vos congénères lycéens, mais il arrive parfois qu'une horde de collégiens surexcités vous prenne entre deux feux : il vous faudra attendre dans les cris, les bousculades, le cas échéant. N'y pensez pas. Préparez-vous plutôt à la suite.

Un surveillant arrive pour inciter les élèves à "passer sur la file de gauche". Qu'est-ce donc ? C'est un nouveau système pour accélérer le passage. C'est ici que le contenu de votre repas se joue. Selon la file que vous choisissez, les desserts et les entrées ne sont parfois pas les mêmes. Je ne compte même plus les fois où je me suis fais avoir en passant sur la file de droite, car toutes les choses intéressantes étaient sur la file de gauche. Le triste spectacle des plateaux fièrement arborés par une délicieuse île flottante vous fera rapidement baisser la tête vers votre yaourt nature, criant silencieusement à l'injustice. Ici, deux solutions : invoquer la chance et prendre l'une des deux files au hasard, ou scruter minutieusement - si vous le pouvez - les plats disposés pour un choix plus judicieux.

Une fois cela fait, il faut choisir ses aliments : passons sur les entrées non-écoulées de la veille mais remises en toute impunité, regardez plutôt devant vous si un friand ou une crêpe est proposée près des plats de résistance. Ce sont en effet des entrées, mais que l'on doit prendre à la fin, ayez donc le bon réflexe : ne pas se jeter directement sur les plats froids resservis continuellement depuis quelques jours, mais toujours regarder en avant. Le fromage / produit laitier qui suit est toujours préférable lorsqu'il peut se tartiner sur du pain, souvenez-vous-en. Je sais qu'il est parfois difficile de faire la différence entre le dessert et le simple yaourt (qui lui compte pour un "produit laitier") ; en effet l'amalgame est facilement fait, il est conseillé de faire attention à ne pas confondre les deux sous peine de se faire soupçonner d'avoir voulu voler un dessert, et se faire réprimander comme un malpropre pour un simple malentendu (vécu). Avec la légendaire sympathie du personnel bien sûr.

Mais je m'égare, le pire moment est à venir, et je vous le donne en mille : le passage de la carte dans la machine. Attention, vite, pas de temps à perdre ! Dépêchez-vous de prendre votre serviette, et que ça saute, pas de ralentissement possible. Auquel cas la très gentille dame d'une joie de vivre à vous couper le sifflet aura le loisir de vous rappeler à l'ordre, toujours avec la légendaire sympathie dont fait preuve le personnel de l'établissement, bien sûr (vous la sentez assez, l'ironie ?). En effet, il faut se *DÉPÊCHER, ALLER À TOUTE ALLURE*, un empressement qu'on ne nous infligeait pas l'année dernière. Le point positif, c'est qu'on ne nous empêche plus d'aller reprendre du pain après un repas creux pour combler la sensation de vide intestinal les jours de malchance (entrée datant de deux jours, pas de fromage à tartiner, plat de la veille et stock de dessert épuisé). Bref, vous essayez maintenant de trouver une place. Si vous mangez un peu tôt, n'essayez même pas de vous diriger vers celles du fond : sachez qu'elles sont réservées aux Primaires, ce qui n'est pas stupide, ça permet au moins aux personnes civilisées de ne pas finir avec de la purée dans les cheveux ou des carottes écrasées sur son plateau. Ce qui est moins normal en revanche, c'est de se faire réprimander brusquement à coup de *"VOUS LE SAVEZ POURTANT BIEN QUE C'EST POUR LE PRIMAIRE ICI !"*. Bien sûr, vous ne le saviez pas.

Notez la note de sympathie du personnel, toujours d'une amabilité exemplaire qu'on ne présente plus.

Mais passons, et intéressons-nous plutôt à l'emplacement idéal : il n'y en a pas. Il y a surtout un emplacement à éviter, je dirais, et il se trouve près du passage des cartes. Pourquoi ? Parce que vous passerez votre temps à entendre un ordre, toujours le même : *"DÉPÊCHEZ-VOUS, ALLEZ !"* adressé à vos successeurs, qui ont eu le malheur de préciser leur préférence de plat ou de prendre une serviette.

Vous savez maintenant tout, je n'ai plus rien à vous apprendre ! Ah si, j'ai une dernière suggestion à vous faire : lorsque vous débarrassez votre plateau, dites bonjour et souhaitez une bonne journée aux dames de cantine. Elles ont de dures journées, mais surtout sont d'une gentillesse qui se fait trop rare dans cet établissement. S'il y a bien quelques personnes qui méritent votre sympathie, ce sont bien elles. Et pour une fois, c'est sans ironie aucune que je le dis. Il faudra bien que quelqu'un le fasse quand je serais partie, à votre avis pourquoi croyez-vous que je viens de faire ma demande de changement de régime ?

Peut-être parce que le parfait demi-pensionnaire après tout, n'est rien d'autre qu'un externe. À méditer...

Loren Costet, Terminale L."

Posté par redaclafeuille à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Feuille de Chou n°3 et n°4

Nouveau commentaire